Ronflement chez la femme

Sommaire

 

Les hommes ne sont pas les seuls à ronfler. Les femmes aussi peuvent être bruyantes durant leur sommeil ! Et ce, de plus en plus… On fait le point.

Mécanisme du ronflement

Appelé aussi ronchopathie, le ronflement est un bruit irritant voire insupportable :

  • Il se produit le plus souvent lors de l’inspiration pendant le sommeil. À ce moment-là, les tissus mous de la luette et du palais se mettent à vibrer au passage de l’air, bloquant en partie son entrée. Ces vibrations produisent le fameux son du ronflement.
  • Un ronflement moyen atteint le bruit d’une voix, soit entre 45 et 60 décibels, et un ronflement majeur peut atteindre ou même dépasser les 95 décibels. Ce dernier cas concerne 10 % des ronfleurs.

Bon à savoir : les Chinois considèrent le ronflement comme un indice de bonne santé.

Parmi les facteurs à l’origine du ronflement, citons :

  • un surplus de poids entraînant un rétrécissement des voies respiratoires au niveau de la gorge ;
  • la présence d’amygdales trop volumineuses ;
  • un rhume ou une allergie provoquant une congestion nasale ;
  • le relâchement des tissus lié au vieillissement naturel ;
  • l’apnée du sommeil ;
  • la grossesse, du fait généralement d’une prise de poids.

À noter : la personne qui ronfle ne s’en rend en général pas compte. C’est son entourage qui est le plus dérangé par cette respiration sonore.

Pourquoi les femmes ronflent-elles ?

Facteurs comportementaux

On compte de plus en plus de femmes parmi les ronfleurs, ce qui n’est pas fait pour leur plaire. Pourquoi ? Parce que les femmes adoptent de plus en plus de comportements longtemps attribués aux hommes, comme : boire de l’alcool, fumer, manger gras.

Or, ces trois facteurs augmentent les risques de ronfler.

Les femmes peuvent avoir tendance, tabou culturel oblige, à ne pas avouer qu’elles ronflent. Voilà une mauvaise nouvelle, puisque ces nuisances sonores peuvent être sources de problèmes de santé qu’il est important de détecter.

Cas particulier de la femme enceinte

Les femmes enceintes sont plus susceptibles de ronfler que les autres femmes dans la mesure où la grossesse est synonyme de prise de poids. Cela entraîne un rétrécissement des voies respiratoires. Les scientifiques estiment que 40 % des femmes enceintes ronflent, surtout au troisième trimestre de grossesse.

Il faut rester vigilant : ces ronflements peuvent être le symptôme de problèmes respiratoires à l’origine de risques pour la femme enceinte, mais aussi pour la santé de l’enfant à naître.

Conséquences du ronflement chez la femme

Le ronflement est le plus souvent sans conséquences sur la santé, mais, dans certains cas, il peut être à l’origine :

  • d’insomnies ;
  • de réveils multiples ;
  • de somnolence ou d’endormissements pendant la journée ;
  • de maux de tête ;
  • d’hypertension ou même de maladie cardiovasculaire.

On estime en outre que 3 % des personnes atteintes de ronflement souffrent d’apnée obstructive du sommeil, une maladie caractérisée par des arrêts de la respiration durant la nuit, qu’il convient de détecter et de soigner pour en éviter les complications. Dans ce cas, il est conseillé de consulter un médecin.

À noter : plus le ronflement est fort, plus il y a de risques qu’il soit accompagné d’apnée du sommeil.

Pour approfondir le sujet :

Ces pros peuvent vous aider