Lait et ronflement

Sommaire

 

Le ronflement est une nuisance sonore pouvant gêner votre partenaire, et même être source de conflit conjugal, mais qui s’avère bénin le plus souvent. Certains aliments ou remèdes naturels peuvent faciliter ou au contraire éviter la survenue des ronflements. Le lait par exemple favorise le ronflement. On vous en dit plus.

Mécanisme du ronflement

En position couchée, pendant le sommeil, les muscles se détendent :

  • Les organes de la bouche (le voile du palais, la luette, la base de la langue) se relâchent et obstruent en partie les voies respiratoires.
  • Les tissus se mettent à vibrer au passage de l’air et rendent ses allées et venues difficiles.
  • Ces vibrations constituent le bruit des ronflements.

À noter : le son d’un ronflement moyen se situe entre 45 et 60 décibels, l'équivalent d'une voix lors d’une conversation. Un ronflement majeur peut quant à lui dépasser les 95 décibels, ce qui équivaut au passage d’un TGV ou à l’aboiement d’un chien.

Lait : un déclencheur de ronflement

Les produits laitiers augmentent la quantité de mucus dans les passages du nez :

  • Cela favorise la congestion, ferme les fosses nasales.
  • L’air est alors contraint de passer exclusivement par la bouche.
  • L’effort nécessaire pour faire circuler l'air est plus important et les vrombissements caractéristiques du ronflement se déclenchent plus facilement.

Chez les personnes allergiques au lactose, les protéines contenues dans le lait sont susceptibles de provoquer des réactions allergiques. Comme précédemment, l’air passe alors par la bouche seulement, ce qui favorise le ronflement.

Bon à savoir : pour les personnes allergiques au lactose, le « lait » de soja peut être une alternative. Cependant, il ne s'agit pas d'un « produit laitier » au sens du droit européen. Dans un arrêt du 14 juin 2017, la Cour de justice de l'Union européenne (affaire C-422/16) a d'ailleurs interdit l'utilisation d'appellations réservées aux produits laitiers (« lait de soja », « beurre de tofu », « fromage du tofu », etc.) pour des produits purement végétaux.

En plus d’éviter la consommation de lait avant de se coucher, voici d’autres conseils permettant d’éviter la survenue des ronflements :

  • faire des exercices spécifiques visant à tonifier les muscles de la gorge ;
  • éviter les repas lourds ;
  • éviter de boire de l'alcool, de fumer, de consommer des tranquillisants (comme les somnifères) ;
  • privilégier la position sur le côté pour dormir ;
  • garder une bonne hygiène nasale ;
  • éviter d’être en surpoids, de manière à ne pas obstruer davantage les voies respiratoires ;
  • dormir dans une chambre humide ;
  • consommer des feuilles d’ortie, du thym, du gingembre, de la sauge ou encore de la menthe.

Conséquences du ronflement

Arrêter de ronfler fait bien sûr plaisir à son entourage. Mais d'autres raisons s'avèrent importantes pour la santé. Ne plus ronfler, c’est éviter :

  • des insomnies ;
  • des réveils pendant dans la nuit ;
  • des endormissements pendant la journée ;
  • des maux de tête ;
  • de l’hypertension ou parfois même des maladies cardiovasculaires.

À noter : chez 3 % des ronfleurs environ, le ronflement peut cacher une apnée du sommeil, une pathologie caractérisée par des arrêts involontaires de la respiration qui peut s’avérer grave. Il convient donc de consulter un médecin pour que celui-ci établisse un diagnostic précis.

Pour approfondir le sujet :

Ces pros peuvent vous aider